Billet d’humeur #4: un an avec un smartphone

18156490_10155240375082974_1979408476474287224_oJe suis têtue. Jusqu’à mai dernier, je refusais d’entrer dans le XXIème siècle, j’étais persuadée que je n’avais pas besoin de posséder un smartphone. J’étais fière de mon vieux Sony Ericsson, je revendiquais mon indépendance. Mais ayant eu un travail où je bossais sur une application, j’avais besoin entre autres d’avoir accès à mes mails plus facilement, donc je me suis résignée.

Après un an d’utilisation, mon quotidien et mes habitudes ont évolué et spoiler, en général ce sont des choses positives. Je me doute que ces considérations pourront paraître stupides ou futiles pour certains, comme si j’avais découvert l’eau chaude, donc je m’excuse d’avance pour ces lapalissades.

  • Pouvoir écouter la radio et des podcasts plus facilement : je pouvais déjà écouter mes émissions préférées sur mon vieil Ipod (quand je pensais à le synchroniser), mais avec un smartphone j’ai découvert le plaisir d’écouter la radio en direct dans la rue, que ce soit les matinales de radio ou les joueurs drilles de Si tu écoutes j’annule tout de l’après-midi. Je retrouve le côté « média du quotidien qui accompagne » (la radio étant allumée chez moi presque toute la journée ça fait un continuum). Je peux bien sûr plus facilement écouter des podcasts toute la journée grâce à des applications comme Soundcloud ou Podcast Addict.
  • Savoir où je suis : je mets un peu moins ma vie dans les seules mains de mon orientation lorsque je me rends quelque part; même si aujourd’hui je m’aide toujours des rares plans que l’on peut encore trouver dans l’espace public et qu’il m’arrive de demander mon chemin aux pharmaciennes et garçons de café, je « triche » parfois avec les applications de plans en ligne.
  • Communiquer plus facilement avec mes proches à l’étranger, les appeler sans avoir ma facture de téléphone qui s’allonge, avoir des conversations par Whatsapp avec ma grand-mère de 84 ans que je ne vois malheureusement que une ou deux fois par an.

Mais il y a aussi quelques mauvais côtés :

  • La peur de me le faire voler : avant j’avais un Sony Ericsson C510, il tenait au creux de ma main et passait totalement inaperçu; maintenant je suis consciente d’avoir en main un objet de « valeur », donc la plupart des temps dans les transports j’essaye de le laisser dans mon sac dans une poche fermée.
  • Apprendre à m’en passer : même si me retiens pour ne pas installer trop d’applications, j’y passe forcément beaucoup de temps, et les moments de pause de l’esprit deviennent rares, donc cela demande un effort de ne pas tomber dans une paresse intellectuelle (il faudra peut être que j’aille dans un camp de déconnexion…)

Ce que je dis ici n’est valable que pour moi, je ne juge absolument pas vos habitudes, seulement les miennes.

Fanny Cohen Moreau

Publicités
Cet article, publié dans Billets d'humeur, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s